Ils en parlent dans la presse

 

Le plasticien tunisien Haythem Zakaria

lauréat du Grand Prix du Japan Media Arts Festival

Haythem Zakaria

La prestigieuse récompense sera symboliquement remise au candidat le 12 juin prochain

Depuis 2002, le festival nippon “Japan Media Arts Festival” décerne chaque année un Grand Prix, quatre Prix d’excellence et un Prix d’encouragement dans différentes catégories (Art, Divertissement, Animation et Manga). Le plasticien tunisien Haythem Zakaria est cette année le lauréat du Grand Prix du festival, dans la section Art, avec son projet “Interstices”. La prestigieuse récompense sera symboliquement remise au candidat le 12 juin prochain, avant l’exposition réunissant l’ensemble des lauréats, qui aura lieu du 13 au 24 juin, au National Art Center de Tokyo. Lire la suite


 

Lettre de Anouar Brahem au ministre de la Culture

(Traduction de la version en arabe)


Marsa Enchères : première maison de vente aux enchères en Tunisie

La galerie tunisienne Alexandre Roubtzoff vient d’élargir son activité en proposant désormais les services d’une maison de ventes, la société « Marsa Enchères ».

« Marsa Enchères » est la première maison de ventes aux enchères en Tunisie, spécialisée dans les œuvres d’art: peintures, sculptures, mosaïques, céramiques, tapisseries, gravures…
Elle sera le vis à vis de tout artiste, particulier, collectionneur, association, hôtel, banque … désirant estimer gratuitement, expertiser, et vendre ses œuvres d’art, aux enchères ou en ventes directes, en toute transparence et au meilleur prix.
C’est un lieu d’échange permanent où les collectionneurs et amateurs, auront un réservoir inépuisable d’œuvres d’art, exposées à notre salle à La Marsa et en parallèle sur notre site.
Par le mécanisme des enchères, les valeurs des œuvres seront définies par les enchérisseurs anonymes eux-mêmes.
Grâce à la fréquentation d’un grand nombre de passionnés réunis par un même goût de la découverte, Marsa Enchères assurera le meilleur prix des œuvres proposées.
La Galerie Alexandre Roubtzoff est fondée en 2014. Elle a à son effectif plus de 30 expositions faisant participer plus de 60 artistes contemporains, tunisiens et étrangers. Elle a pour objectif de créer une vitrine virtuelle de l’art contemporain tunisien.

Par ailleurs, Marsa Enchères aura pour objectif de créer un marché de l’art tunisien, en publiant les catalogues de ventes et répertoriant les résultats des ventes.

Vous pouvez consulter le programme sur ce lien.


 

JCC 2017: On a regardé pour vous « Vent du Nord » de Walid Mattar

http://highlights.com.tn/jcc-2017-on-a-regarde-vent-nord-de-walid-mattar/

Le soir du 7 novembre 2017, a été projeté dans la salle de cinéma « L’Alhambra » à La Marsa le film tunisien « Vent du Nord » de Walid Mattar et ce, dans le cadre des JCC 2017.

Malgré la pluie et le froid, le public s’est déplacé nombreux pour regarder le long-métrage. La salle était archi-comble, des chaises supplémentaires ont dû être ramenées pour que tout le monde puisse s’assoir.

Cela a dû enchanter l’équipe du film qui était présente. Dans le public, on a également remarqué la présence d’une professeure. Cette dernière avait ramené ses élèves pour leur faire découvrir le monde du 7ème art, ils n’avaient jamais mis auparavant les pieds dans une salle de cinéma et l’enseignante voulait remédier à cela. Une excellente initiative à saluer !

Les lumières s’éteignent, l’écran s’illumine, c’est parti pour « Vent du Nord », un voyage entre la France et la Tunisie où on assiste au quotidien d’un Français dont l’usine où il travaillait a été délocalisée en Tunisie et du coup il s’est retrouvé au chômage. D’autre part, on vit avec un Tunisien qui a été recruté dans l’usine qui s’est installée en Tunisie mais ce qui n’est pas forcément une bonne chose. De part et d’autre de la Méditerranée, le Français et le Tunisien galèrent.

Le vent du nord est sec, pourtant en regardant le film du même nom, on a senti une bonne brise fraîche tellement le long-métrage est bien fait. L’histoire est simple mais très belle. Le jeu d’acteurs est très bon et la réalisation est à saluer. « Vent du Nord » est un film à ne pas rater.


 

« Demain dès l’aube » et « La belle et la meute » doublement récompensés en Suède !

Deux films tunisiens ont été dernièrement récompensés au Mamo Arab Film Festival en Suède.

Ces films sont « Demain dès l’aube » de Lotfi Achour et « La belle et la meute » de Kaouther Ben Hania.

« Demain dès l’aube » a reçu le Prix du meilleur réalisateur pour Lotfi Achour et le Prix de la meilleure interprétation féminine pour Anissa Daoud.

Quant à « La belle et la meute, il a reçu le Prix pour la meilleure photographie pour Johan Holmquist et le Prix du meilleur scénario pour Kaouther Ben Hania.


Un autodidacte qui s’est fait un nom à l’international.

Interview avec le calligraphe tunisien Sami Gharbi (PHOTOS)

Musicien du groupe « Garby’s », Sami Gharbi ( Lire sa bio) décide à 41 ans de retourner à « sa passion d’enfance » qui est la calligraphie. Un art qu’il a appris tout seul en faisant des recherches car « avoir un don ne suffit pas pour exceller en la matière », explique-t-il. Gratifié d’une bonne mémoire visuelle, Sami apprend vite.
En quelques années, il se fait connaitre à l’échelle nationale et internationale. C’est lui, l’auteur de l’habillage de l’avion tunisien du prix Nobel de la paix avec sa calligraphie “Tunisie, la volonté de paix » ( تونس إرادة السلام en arabe). Lire la suite

 


– Cinéma – 

Le »Prix du cinéma tunisien » vient d’être lancé…

L’Association des Réalisateurs Tunisiens vient d’annoncer la création d’une nouvelle récompense cinématographique nationale, le « Prix du cinéma tunisien », pour primer les meilleures productions tunisiennes de l’année. Cet événement sera mis en place en collaboration avec d’autres associations de professionnels du cinéma comme l’association tunisienne des ingénieurs du son Tunisiens (ATIS), avec le ministère des Affaires cultures et le Centre National du Cinéma et de l’Image. Lire la suite

Lire aussiComment évaluer la présence tunisienne à Cannes et son évolution? 


Jaou: La porte espagnole de la Goulette

transformée en oeuvre d’art

Revêtue de lumières et de couleurs, la porte espagnole de la Goulette a été joliment décorée donnant un nouveau charme à la ville. C’est dans le cadre de l’événement Jaou que les trois artistes Houda Ghorbel, Wadi Mhiri et Niklas Grun ont décidé de transformer ce monument historique en oeuvre d’art éphémère. A travers cette oeuvre intitulée « cercle vicieux », les artistes ont voulu rendre hommage à ceux qui ont perdu la vie en mer ou sur terre en poursuivant un rêve Lire la suite.