Jamel Madani

←Retour

Jamel MadaniNé en 1963 à Tunis, est un acteur. Grand passionné de littérature et de musique, il participe à des ateliers culturels organisés à la maison de jeunes de son quartier.

En 1981, il rejoint la maison de la culture Ibn-Rachiq pour faire du théâtre sous la direction de Mustapha Chérif. Il rejoint l’Association des anciens de l’école du théâtre arabe et ses ateliers de théâtre, avant de se lancer dans la troupe Al Amal Al Masrahi aux côtés de Mohamed Gharbi réalisateur, et Ikram Azzouz, l’une des figures du théâtre tunisien.

Entre 1988 et 1990, il rejoint le Théâtre National Tunisien sous la direction de Mohamed Driss et assure la régie pour la pièce «Al Aâouada» (L’Orchestre) de Fadhel Jaziri et Fadhel Jaïbi. Ce dernier le propulse sur scène dans sa pièce «Comédia» où il interprète le rôle d’un infirmier dans un asile psychiatrique.

En 1991 et 1992, il joue dans «Dom Juan» de Molière et «Le Cadavre encerclé» de Kateb Yacine sur une mise en scène de Mohamed Drira.

En 1999, il joue dans la pièce «Bahja» et en 2000, dans «Mharem», toutes deux mises en scène par Mohamed Mounir Argui ; il joue ensuite dans «L’Univers du Théâtre Echiraâ de Tunis» et dans «Cent et une étoiles» de Mohamed Mounir Argui.

Jamel MadaniEn 2010 et 2011, il monte son premier one-man-show, «Khouya Libre ?!».

Télévision : En 1993, il joue dans le feuilleton télévisé, «Warda» réalisé par Hamadi Arafa puis dans «Amwaj» de Slaheddine Essid en 1994.

Au cinéma il joue dans de nombreux longs métrage, dont :

En courts métrage, il joue dans :

Au Théâtre :

  • «Bahja», mise en scène de Mohamed Mounir Argui,
  • «Mourad III», texte de Habib Boularès et mise en scène de Mohamed Driss,
  • «Mort digne», d’après «Mort d’un commis voyageur» d’Arthur Miller, adapté en dialecte tunisien par Mohamed Driss et mise en scène de Neil Fleckman,
  • «Corps otages» (Khamsoun), texte de Jalila Baccar et mise en scène de Fadhel Jaïbi,
  • «Rajel ou Mraa», mise en scène de Mohamed Driss,
  • «Les Chaises» de Jamel Madani.
  • En 2015, «Tounes» d’Ahmed Amine Ben Saad
  • «Bourga» de Jamel Sassi, d’après la pièce Huis clos de Jean-Paul Sartre.

Référence : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jamel_Madani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.