Taoufik Behi

←Retour

Taoufik BéhiTaoufik Behi est peintre, sculpteur, décorateur, comédien, réalisateur. Bercé depuis son plus jeune âge dans les ciné-clubs et clubs amateurs de sa ville natale, Kairouan, et après des études en urbanisme, et durant un long séjour en Allemagne, il a exercé en tant que décorateur.

Il a été tour à tour, Directeur de Production, Régisseur, chef décorateur sur plusieurs films tunisiens et étrangers.

«Construire un décor et le meubler dans le cinéma, n’est pas un travail d’architecte d’intérieur, c’est un travail sur l’atmosphère de la séquence, et avant de livrer mon décor au réalisateur, il faut que j’en sois entièrement satisfait».

Taoufik Behi sculpturePolyvalent et talentueux, il s’est occupé du décor installé au sein de Carthago Film à Ben Arous. Toute une salle funéraire occupée par des pharaons apportés d’un temple égyptien a été installée pour une production allemande en Tunisie.

Toujours curieux et créatif, la sculpture occupe une place de choix dans sa vie. D’abord, un travail sur la récupération et l’assemblage, ensuite, la sculpture au vrai sens du mot :

«J’ai découvert le métal comme matière à sculpter, qui a, juste, besoin de chaleur pour que ce corps froid et dur devienne souple et malléable, c’est une matière qui vit, qui rouille et qui se désintègre».

Des maquettes de demeures de la ville arabe, des sculptures sur métal et des peintures remplissent son atelier. Il visite différentes techniques et manières de faire, pour explorer l’irrationnel, l’imprévisible, livrant ainsi sa vision d’une société en mutation. De ses courbes sculptées, à la manière d’une machine à remonter le temps, à chaque fois s’ouvre le champ des possibles. Ses pièces de métal entrecroisées, deviennent comme d’elles même, insecte, personnage, forme biologique ou instrument de musique. Les pièces fixées entre elles brillent davantage au travers d’une couleur argentée, bronze ou décorée, apposée sur la structure.

Sa peinture quant à elle, plutôt naïve se rapproche le plus de la peinture sud-américaine.

Il participe régulièrement à des expositions individuelles et de groupe.

Cinéma :

2008 – Réalisateur du documentaire «Gallela d’hier et d’aujourd’hui» produit par la CTV.

– Réalisateur et chef Décorateur du court métrage Train-Train produit par Long et Court.

Principales expositions :

2016 : Sculpture plurielle, exposition de groupe à la Maison des Arts du Belvédère

2011 : Exposition Blanc Coloré à la Galerie Espace Imagin, à Carthage Demech.

2008:  Exposition au Palais Ebdiliya Traces de Tunisie à l’occasion du mois du patrimoine.

1997 : Exposition à la galerie de l’information Lucarne-Bois et Patrimoines.

Références : sa page facebook https://www.facebook.com/Taoufik-Behi-241446499317295/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.