Mustapha Tlili

←Retour

Mustapha TliliNé le 17 octobre 1937 à Fériana et décédé le 20 octobre 2017, est un écrivain. Il suit des études de philosophie à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne (Paris), puis part aux États-Unis, où il devient fonctionnaire de l’Organisation des Nations unies à New York, après avoir eu son diplôme de l’Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche. Il y passe treize ans de sa vie avant de revenir à Paris. Il fonde et dirige le Centre de dialogues (Center for Dialogues) basé à l’université de New York.

Publications :

  • «La Rage aux tripes», Paris, Gallimard, 1975
  • Le Bruit dort, Paris, Gallimard, 1978
  • Gloire des sables, Paris, J.-J. Pauvert-Alésia, 1982
  • «La Montagne du lion», Paris, Gallimard, 1988, est son roman le plus connu. Interdit en Tunisie, il y évoque l’effet de la modernité dans un village montagnard imaginaire.
  • En 2008, sort «Un après-midi dans le désert» pour lequel Mustapha Tlili remporte le Comar d’Or.

«La littérature maghrébine de langue française s’écrit à l’étranger et n’empêche pas les auteurs expatriés d’enraciner leurs oeuvres dans la culture et dans la géographie du Maghreb. Avec Mustapha Tlili quelque chose change fondamentalement dans la mesure où le personnage romanesque (narrateur ou acteur) se trouve totalement coupé de ses origines et isolé dans un double éloignement, au sein d’une autre culture. Cette solitude absolue creuse l’écart qui le sépare de ses origines dans un extra-muros où l’absence devient ce vide structurel qui produit l’écriture et fait fonctionner le texte d’une manière tout à fait comparable dans les quatre romans».

Mustapha Tlili "Un après midi dans le désert"Résumé Un après-midi dans le désert : Un après-midi, au début des années 1990, une lettre longtemps retardée arrive dans la poste délabrée d’un village perdu d’Afrique du Nord. Nous sommes aux confins du désert, au pied de la Montagne du Lion, un endroit où régna longtemps une douceur de vivre incomparable. À l’aube du XXIe siècle, pourtant, le village s’est transformé en enfer.

Références : http://www.limag.refer.org/Textes/Manuref/Tlili.htm

http://www.gallimard.fr/Contributeurs/Mustapha-Tlili

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.