Jasser Haj Youssef

←Retour

Jasser Haj YoussefNé le 18 juin 1980 à Sousse, est violoniste, compositeur, musicologue et professeur de renommée internationale. Il est aussi l’unique musicien à jouer de la musique orientale et du jazz à la viole d’amour (La viole d’amour fait partie de la famille des instruments à cordes frottées). Fils d’un ethno-musicologue et d’une mère styliste, il passe son enfance à Monastir. C’est avec son père qu’il apprend l’art de l’improvisation et des maqâms. Dès l’âge de huit ans, il étudie le violon oriental au conservatoire de Monastir. A partir de quatorze ans, il partage la scène avec les plus grands artistes : Salah El Mahdi, Choubeila Rached, Safia Chamia, Fawzi Chekili et l’Orchestre symphonique tunisien. Il participe à plusieurs émissions de télévision en tant que soliste et compositeur.

Par la suite, il étudie le violon classique et la musique de chambre avec Elena Pirvu à l’Institut Supérieur de Musique de Sousse, où il obtient un premier prix en violon classique, une maîtrise en musicologie et remporte le concours de la «Meilleure interprétation musicale arabe» en 2001.

Il se perfectionne auprès des musiciens de renom comme L. Subramaniam (Inde), Kudsi Erguner (Turquie), Ivo Papazov (Bulgarie), Béchir Selmi (Tunisie), Michel Portal (France), Billy Hart (États-Unis), Steve Coleman (États-Unis), Pierre Blanchard (France) et Christophe Bianco (France).

jasser haj youssef 3Arrivé en Europe en 2003 pour y poursuivre des études en musicologie, il s’impose rapidement comme soliste auprès des artistes de renommée internationale tels que Barbara Hendricks, Didier Lockwood, sœur Marie Keyrouz, Youssou N’Dour, Miguel Ángel Estrella, l’ensemble pour la paix Araméa, Dhafer Youssef, Toufic Farroukh, Khalil Chahine, Mokhtar Samba et le danseur indien Raghunath Manet.

Il se produit au siège de l’Unesco (Paris), au Théâtre de la Ville de Paris, à l’opéra de Lille, au musée du Louvre, au Printemps de Bourges, à l’Institut du Monde Arabe, à Pétra (Jordanie), en présence du dalaï-lama et de 42 lauréats du Prix Nobel de la Paix, à Doha en présence de l’Aga Khan, au MuCEM de Marseille, à la basilique Saint-Denis, à l’église de la Madeleine (Paris), au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, au New Morning (Paris).

Ses recherches en doctorat à l’Université Paris VIII portent sur les similitudes dans le jazz et les musiques traditionnelles arabes.

Concertiste mais également enseignant et chercheur, il donne régulièrement des conférences aux États-Unis (Université Harvard, Dartmouth College, Université Brandeis), au Canada (Université de l’Alberta), en France (Abbaye de Royaumont, Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon), en Iran et en Égypte.

Son premier album «Sira», sorti en 2012, figure au programme du baccalauréat dans le chapitre «Le Jazz et l’Orient», à côté d’œuvres de Miles Davis et Jean-Philippe Rameau.

En 2013, il compose pour l’Orchestre des jeunes de la Méditerranée qu’il dirige au Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence.

En 2014, il compose pour la soprano Simone Kermes et dirige l’Orchestre de chambre de Paris au Festival de Saint-Denis.

En 2015, il est en tournée avec son quartet de jazz et Les Musiciens du Louvre et se produit au Festival International de Carthage.

"Sira"

« Sira »

Musique : 2012, «Sira» (Musicast), album sur lequel il travailla quatre ans pour en arriver à une rencontre subtile entre des cultures différentes (musique classique, jazz et musiques du monde). A sa sortie, il enchaîne les concerts et certains sont retransmis en direct sur TSF Jazz et sur France 24. La musique de l’album «Sira» est jouée dans plusieurs pays d’Europe, aux États-Unis et dans le monde arabe, par le Jasser Haj Youssef Quartet et en solo au violon et à la viole d’amour.

Featurings : Ceci est une liste non exhaustive d’albums dans lesquels apparaît Jasser Haj Youssef :

  • Youssou N’Dour, Kirikou (BO, 2005) ;
  • Jardin d’Eden (Comptines du monde, 2005) ;
  • L’Alphabet fait chanter (ARB, 2006) ;
  • Jazz 93 (Triton, 2006) ;
  • Najma, Fariyaad (Connecting Cultures, 2008) ;
  • Keyko Nimsay, Jazz’aïrya (KN, 2008) ;
  • Ousman Danedjo, Enelmedio (O+/Harmonia Mundi, 2008) ;
  • Sœur Marie Keyrouz, La Passion dans les Églises orientales (Universky, 2008) ;
  • Beatus, L’Orient des Troubadours (Ad Vitam/Harmonia Mundi, 2011) ;
  • Malika Zarra, Berber Taxi (Motéma, 2011) ;
  • Ibrahim Maalouf, Diagnostic (Harmonia Mundi, 2011) ;
  • Kirikou et les hommes et les femmes (BO, 2012) ;
  • Cyril Morin, Zaytoun (Eran Riklis, BO, 2012) ;
  • Sœur Marie Keyrouz, Méditations d’Orient (2013) ; Julia Sarr, Daraludul Yow (2014).

Référence : Site officiel http://www.jasserhajyoussef.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *