Habib Mestiri

←Retour

Habib MestiriNé à Chebba le 06 Juillet 1959, est un réalisateur. Il rejoint le Club des Cinéastes Amateurs de Chebba en 1977 où il réalise son premier court métrage «Le retour du pêcheur» (16 mm) et il participe à la réalisation des films produits par le club. Il occupe plusieurs postes au sein du bureau fédéral de la FTCA (Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs) et il participe activement à l’organisation du FIFAK (Festival International du Film Amateur de Kélibia) et prend part également, à l’organisation des JCC (Journées Cinématographiques de Carthage).

De 1981 à 1986, Habib Mestiri entame une expérience de journaliste dans le domaine culturel et publie régulièrement dans la page culturel d’un journal tunisien.

Il est également assistant réalisateur dans des films professionnels, tels que «Equinoxe» du cinéaste argentin Pablo César (1991) ainsi que plusieurs courts métrages tunisiens.Habib Mestiri "Chroniques de la Révolution"

Il réalise plusieurs spots publicitaires et des films documentaires.

En 1994, il part à Rome où il est sélectionné pour faire partie de l’équipe fondatrice de la première chaine arabe de cinéma (Orbit Al-Oula). Son travail en tant que réalisateur-producteur au sein du Bouquet de chaînes Orbit, lui vaut plusieurs prix et distinctions internationales. En 2007, il quitte Orbit pour devenir free lance et réalise plusieurs documentaires pour la chaîne Qatari Aljazeera.

En 2008, il renoue avec le cinéma tunisien en réalisant «Makkirama», court métrage documentaire sur le peintre tunisien Hatem Mekki, ainsi qu’un documentaire historique intitulé «De Carthage à Matmata».

Il est auteur en 2009 de deux documentaires fictions en Italie : «Le cercle magique» et «Le retour du marin».

En 2012, il réalise le film documentaire«Chroniques de la révolution» : Un film qui se veut une œuvre de mémoire, témoin des événements historiques du premier Printemps Arabe, à travers les regards croisés de la jeunesse de toutes les régions du pays d’une part et celui d’artistes internationaux, tel que Claudia Cardinale, Françoise GalloHabib Mestiri "Heureux le martyr...", Georges Wolinski, qui livrent leurs sentiments, leur attachement, leurs questionnements sur le destin du pays où ils sont nés.

En 2013, il réalise le film documentaire sur Chokri Belaïd «Heureux le Martyr…» produit par Nasreddine Shili, qui a été programmé pour l’ouverture de la 2è édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH).

«Vagues Brisées» son film en cours de tournage (octobre 2015), retrace l’histoire du mouvement national durant la période 1955-1961.

Habib Mestiri est membre depuis 2008 de l’Association Italienne des documentaristes. Il est également consultant en communication et événementiel en Europe pour Mode & Design.

Référence : http://www.turess.com/fr/tekiano/4653

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.