Badiaâ Bouhrizi (Neyssatou)

←Retour

Badiaâ Bouhrizi (Neyssatou) née en 1980, est une chanteuse auteur-compositeur-interprète. Neyssatou est une des représentantes de la scène alternative musicale. Avec son style vocal distinctif et ses textes engagés, elle a su créer une fusion musicale unique, inspiré du Jazz, Soul, Rock, Funk, Electronic, et Reggae. Son succès a dépassé les frontières de la Tunisie pour gagner le Royaume-Uni, la France, l’Espagne, le Canada, le Liban, le Maroc, l’Egypte.

Elle a commencé son voyage musical à 7 ans en tant que soliste pour une chorale locale, rejoignant plus tard la chorale de l’espace culturel Tahar Haddad qui se consacrait alors à la musique classique arabe. En 1998, elle intègre à Tunis, les Clach Angels qui reprenaient des morceaux de musique de groupes de la scène rock internationale tels que Deep Purple, Led Zepplin, Megadeth et Pink Floyd.

Elle fait par la suite partie du groupe Dayrib (un groupe ethno-rock tunisien). En 2001, elle forme le groupe Kheprae (un groupe d’improvisation libre). C’est à ce moment là qu’elle découvre la musique électronique à Paris et ses scènes. Elle se met à la guitare et écrit des compositions de plus en plus minimalistes. Elle se bâtit un nouvel univers sonore se réclamant de l’héritage de musiciennes telles que Bjork, Oumou Sangaré, Oum Kalthoum, Camilya Jurban et Saliha. Sur scène, Badiaa devient Neyssatou.badia2

En 2011, elle remporte le prix de la chanson alternative arabe pour sa chanson «Ila Selma». Elle obtient la bourse Mawred Thaqafi qui lui a permis de financer en auto production un premier album en Tunisie.

Neyssatou est une expérience musicale et une voix. Sa musique fait penser à la vague néo-soul qui a commencé dans les années 1980 avec des paroles socialement engagées comme on le trouve dans le Jazz, le R&B. Elle a souvent été interdite de se produire en Tunisie en raison de ses textes opposés au régime autoritaire. Elle part s’établir à Londres où elle rejoint le groupe Awalé, de styles afrobeat (mélange de musique traditionnelle nigériane, de jazz, de funk et de chant accompagné de perscussions et de style vocaux).

« Lorsque je vivais à Paris, raconte-t-elle, je revenais régulièrement en Tunisie pour y chanter,  même si mes premiers textes étaient les plus radicaux. Vers 2008, c’est devenu très difficile, voire impossible pour moi, d’y présenter mes spectacles. Or, c’est précisément durant cette période que ma musique a commencé à vraiment circuler sur internet. C’était la période de la pré-révolution. Dès lors, il y avait un élan. Il fallait arrêter de se plaindre, il fallait essayer de changer les choses pour de vrai. Il y avait en ce sens une rupture par rapport à la génération précédente. La mienne trouvait que les plus âgés faisaient des compromis là où il ne fallait pas en faire. Ils préféraient rester clandestins sans prétendre être l’opposition et passer pour des pleurnichards. Maintenant, on se rend compte que cette opposition tranquille, peu virulente, fut très importante pour ce qui s’en est suivi. A partir du 30 décembre 2010, les gens ont compris qu’ils pouvaient chasser les flics et ainsi se débarrasser du régime Ben Ali. Moi je suis rentrée le 16 janvier 2011. Depuis, je passe beaucoup de temps en Tunisie même si je continue à chanter au sein de mon groupe londonien.»

« Mes thèmes sont très variés, mon engagement n’est pas que politique. Pour moi, l’artiste doit s’engager à illustrer la beauté. Mon engagement s’oppose ainsi à la médiocrité sous toutes ses formes. Musicalement, je ne suis pas strictement dans la musique nord-africaine. Je n’ai pas de complexes, je suis de tous les pays. En étudiant la musicologie, j’ai réalisé que les sons n’avaient jamais cessé de circuler sur terre. La culture n’est pas sédentaire, ce que l’on considère d’ailleurs comme la musique authentiquement tunisienne, est aussi le résultat d’un mélange ».

Avec son groupe, elle produit un nouvel album et entama une tournée en 2015.

Références : http://www.egyptindependent.com//news/badiaa-bouhrizi-tunisian-musician-who-engages-world

https://www.youtube.com/watch?v=RD-d4gXWHtA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.