Sinda Belhassen

←Retour

Sinda belhassenNée en 1970, est une artiste peintre. Elle a baigné depuis son plus jeune âge dans le monde de l’art du côté de son célèbre oncle Hatem Mekki.

«La peinture était enfouie en moi. Puis elle s’est imposée à moi. J’ai commencé alors à manier pinceaux et couleurs. La peinture rythme mon présent et donne un sens à mon avenir».

Faire partie d’une famille d’artistes, côtoyer des peintres, fréquenter les galeries d’art et visiter les musées n’ont fait qu’accroitre son désir de peindre.

Ses œuvres faites de visages, de corps et aussi de crânes, révèlent une profondeur intérieure et une angoisse existentielle :

«Ce n’est pas la beauté ou la laideur d’une physionomie qui m’intéresse, mais ce qu’elle cache. Les visages que je peins, n’est que le miroir de ce que l’on tait ou de ce que l’on ignore (…) L’expression picturale est en accord avec le sujet dans lequel j’évolue. Influencée tout d’abord par le «Pop Art», j’ai beaucoup peint dans des couleurs saturées, puis marquée par Picasso et Braque, j’ai évolué vers le monochrome. La gamme est plutôt sombre, et les couleures soulignent l’étrange douleur des personnages, ponctuées par la couleur qui se faufile toujours sur ma toile pour souligner les moments de bonheur. Mais il est incontestable que je m’exprime mieux à travers des toiles aux dimensions monumentales». explique-t-elle.

Sinda Belhassen "Addiction"

Addiction, 2011 Acrylique sur toile Signé en bas à droite H_100 cm L_100 cm. Collection de l’artiste

Sinda Belhassen surprend par son sens du dépassement des normes convenues de l’esthétique. Elle révèle la vie de ses personnages, avec leurs moments de joie et de peine, de peur et de courage et leurs flots de contradiction, vice et vertu, équilibre et déséquilibre, dictature et liberté.

Le titre de sa première exposition à Tunis en 2011 est éloquent : «Addiction» ; des visages à l’expression tourmentée, entrelacements de nerfs et de muscles, des crânes… et toujours ce regard fort et troublant. Telle est la signature de cette artiste à l’aise dans les très grands formats et les gammes sombres : gris, noirs et blancs

Référence : http://www.tunisiartgalleries.com/index.php?option=com_content&view=article&id=711:la-force-expressive-de-sinda-belhassen-exposition-qex-tensionq&catid=2:tagpress-tunisie&Itemid=70

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.