Salah El Mahdi

←Retour

Salah El MahdiSalah El Mahdi et connu sous le surnom de Ziriab, né le 9 février 1925 à Tunis et mort le 12 septembre 2014 à Tunis, est un musicologue, chef d’orchestre, compositeur et fondateur du mouvement tunisien de la Jeune Chambre Internationale. Il évolue dans un milieu musical par son père et s’initie au luth et au violon. Tout en poursuivant ses études, il suit des cours de musique à La Rachidia sous la direction des musicologues Ali Derouiche et Khemaïs Tarnane. En 1981, Il obtient un doctorat d’État en musicologie et un doctorat en lettres comparées à l’Université de Poitiers.

Dans le domaine théâtral, il interprète plusieurs rôles avec la troupe El Kaoukab de Tunis, dont il devient par la suite président, et écrit des pièces pour la radio.

Salah El MahdiDe 1957 à 1961, il occupe les fonctions de président du service des arts et participe à la création du Conservatoire National de Musique, de danse et de théâtre et organise l’enseignement artistique dans les lycées et les collèges. Il dirige  jusqu’en 1979 la direction de la musique et des arts populaires avant d’être nommé président du Comité Culturel National, poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite en même temps que la présidence du Comité National de Musique.

Il participe en 1958 avec succès au concours de l’hymne national tunisien dont il compose la musique.

Il crée également la Troupe Nationale des Arts Populaires (1962), l’Orchestre Symphonique Tunisien (1969),

Sur le plan international, il participe à plusieurs congrès dirigés par les institutions dépendant de l’Unesco ou des organisations nationales de divers pays dont le CNRS français et la société d’éducation musicale des États-Unis. Il devient par la suite membre du Comité Exécutif de l’Organisation Islamique de l’Histoire, de la Culture et des Arts et du Haut Comité de la Civilisation Islamique dont les sièges sont à Istanbul (Turquie) et du Comité Exécutif du Conseil International de la Musique rattachée à l’Unesco. Il est également vice-président du comité directeur de la Société Internationale de l’Education Musicale de l’Institut International de Musique, Danse et Théâtre par les moyens audio-visuels et du Conseil International de Musique Folklorique.

Il laisse un répertoire de près de 600 compositions mêlant chants classiques et populaires, musiques instrumentales orientales et occidentales ainsi que quatre symphonies. Ses œuvres symphoniques sont notamment jouées aux festivals de Moscou et de Léningrad.

Références : http://www.salahelmahdi.com

http://musique.arabe.over-blog.com/2014/09/salah-el-mehdi-n-est-plus.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *