Nejib Ben Khalfallah

←Retour

Nejib Ben KhalfallahNé en 1967 à Tunis, est danseur et chorégraphe. Son enfance a été bercée par les films d’arts martiaux qui passaient régulièrement dans les salles de cinéma de l’avenue Bourguiba. Cet engouement pour les arts martiaux l’a mené à la pratique du Kung-Fu et du Taekwondo.

En 1984, la projection du film «Break street» lance la mode du break-dance en Tunisie. C’est à partir de là, qu’il s’est intéressé à la danse et à la découverte du modern-Jazz à la Maison de la Culture Ibn Rachik. Il intègre ensuite l’atelier de Danse Contemporaine créé par le danseur chorégraphe tunisien Imed Jemaa et il y poursuivra sa formation jusqu’à 2001.

"Jardin d'amour"

« Jardin d’amour »

L’année 1992, est incontestablement l’année qui l’a marqué : d’une part, il fait ses premiers pas en tant que comédien dans la création «Les raisins de la nuit froide» de Raja Ben Ammar, d’autre part, il participe dans la création de «Nuit blanche» de Imed Jemaa dans laquelle il remporte le 1er prix du Festival de Bagnolet (Paris en 1992). Cette reconnaissance fonde son attachement à la danse contemporaine.

Tout au long des années 90, il participe à plusieurs créations réalisées par de grands noms du théâtre et de la danse tunisienne : Raja Ben Ammar, Moncef Sayem, Taoufik Jebali, Imen Smaoui, Imed Jemaa. En parallèle, il intègre le Ballet National Tunisien et l’Opéra «Dance theater Company» au Caire.

A partir de 1993, il commence à créer ses propres chorégraphies. Il présente sa création marquante «Soupir» en 1998 dans le cadre du Festival Danse en Méditerranée Arabe (DAMA).

En 2003, à travers une performance bouleversante intitulée «Poussé», Nejib Ben Khalfallah s’insurge contre la condition du danseur et les difficultés rencontrées dans l’exercice de son art. Il évoque son désespoir et sa révolte contre cette situation : «je refuse de Danser» dit-il.

Cette expérience l’a confirmé dans son désir de s’exprimer et il se voit récompensé à plusieurs occasions importantes : «Grand Ecart» 2001, «Poussées» 2003, «Comment» 2004, «Aventure» 2006 et «Mhayer Syka» 2007 qui a reçu le prix RFI à la 7ème édition de Danse l’Afrique Danse 2008 et ses nouvelles créations avec «Mnema», «Chahwét Azeb».

En mai 2015, il présente sa dernière création «Jardin d’amour» devant le Musée National du Bardo dans le cadre du festival «Tunis capitale de la danse». Durant ces quatre dernières années, Nejib Ben Khalfallah a élaboré une formation professionnelle pour un groupe de jeunes danseurs tunisiens, issus d’écoles d’arts dramatiques et de danse en Tunisie avec l’objectif de développer leurs capacités et talent et pouvoir entamer une carrière professionnelle de danseur-comédien.

Références : https://www.facebook.com/nejibbenkhalfallahofficiel/photos/pb.747584451933209.-2207520000.1457714434./965641770127475/?type=3&theater

https://www.facebook.com/nejibbenkhalfallahofficiel/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.