Nejib Belkadhi

←Retour

Néjib BelkadhiNé le 13 mai 1972 à Tunis, est un acteur, producteur et réalisateur. Après des études de commerce et Marketing à L’IHEC de Carthage, il commence une carrière d’acteur au cinéma et au théâtre.

Il joue dans «La Danse du feu» de Salma Baccar (1995) et «L’école des femmes» de Mohamed Kouka (1995).

Il se fait connaître du grand public grâce à son rôle de jeune premier dans le feuilleton à succès «El Khottab Al Bab» de Slaheddine Essid entre 1997 et 1998.

Ses premiers pas dans la réalisation se font à Canal+ Horizons en 1999.

En 2002, il fonde Propaganda Productions avec son ami Imed Marzouk qui deviendra plus tard son producteur.

Réalisateur :

  • En 2005 il réalise son premier court-métrage de fiction «Tsawer». Le film sera sélectionné dans plus de 30 festivals dans 11 pays.
  • En 2006, son long métrage documentaire «Kahloucha» participera à plus de 50 festivals dont une première mondiale au Festival de Cannes et une sélection en compétition au Festival de Sundance. Il remporte 7 prix dans différents festivals.
  • En 2013, son premier long métrage fiction «Bastardo», est présenté dans plus de 20 festivals dont le Festival du film de Torronto, de Palm Springs et d’Abu Dhabi. Il remporte 6 prix dans différents festivals.
  • En septembre 2014, il participe à la vidéo de la campagne de lutte contre les violences faites aux femmes de l’association Beity Tunisie ; la vidéo est réalisée par Hinde Boujemaa.
  • En octobre 2014, à l’occasion des élections législatives, il sort son deuxième long métrage documentaire «7 ½», tourné trois ans plus tôt avant les premières élections libres en Tunisie.

Néjib Belkadhi "Bastardo"Acteur :

– L’une des ses dernières apparitions entant qu’acteur : il interprète le rôle de Yahya dans la série télévisée tunisienne «Lilet Chak» du réalisateur Majdi Smiri et de la scénariste Dorra Fazaa. Il reçoit le prix du meilleur acteur lors des Awards 2015, attribué par Mosaïque FM.

Synopsis Bastardo : Le film raconte l’histoire de Mohcen, alias Bastardo (le bâtard), retrouvé dans une poubelle par l’oncle Salah. Ce dernier l’adopte et l’élève comme son propre fils. 30 ans après, Mohcen est renvoyé de son poste de veilleur de nuit dans une usine à chaussure. Grâce à la complicité de son ami Khélifa, il fait installer sur son toit un relais GSM contre une rémunération mensuelle conséquente. L’antenne permet aux habitants du quartier de profiter de la téléphonie mobile dont ils étaient privés. Cette opération bouleverse autant la vie du quartier que celle de Mohcen, dont l’ascension sociale et financière sera fulgurante. De quoi s’attirer les foudres de certains habitants…

Références : http://www.huffpostmaghreb.com/2013/08/15/nejib-belkadhi-bastardo_n_3762969.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nejib_Belkadhi

Une réflexion sur “ Nejib Belkadhi ”

  1. Ping : Sondos Belhassen - Répertoire des Artistes Tunisiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.