Mohamed Zran

←Retour

Mohamed ZranNé le 23 août 1959 à Zarzis, est un scénariste, réalisateur et acteur tunisien. Titulaire d’un diplôme d’études supérieures cinématographiques de l’École Supérieure Libres d’Etudes Cinématographiques de Paris. Il travaille comme assistant réalisateur de Cyril Collard.

Il interprète le rôle de Mohamed dans le film «Alger la blanche» (1986) de Cyril Collard et le rôle du père dans le film «Bye-bye» (1995) de Karim Dridi.

Il réalise son premier court métrage «Virgule» en 1987, puis écrit et réalise les films «Le Casseur de pierres» en 1989 et «Ya Nabil» en 1993.

En 1996, sort son premier long métrage, «Essaïda» où il évoque les thèmes de la marginalisation, de la pauvreté et du crime à Tunis. Ce film remporte un succès populaire phénoménal et marque de manière importante le cinéma tunisien.

Mohamed Zran réalise ensuite le documentaire «Le Chant du millénaire» en 2002, puis le film «Le Prince» en 2004 qui remporte le prix du meilleur montage au Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou.

En 2009, sort «Vivre ici» dans lequel il aborde, à travers sa ville natale Zarzis, l’immigration, la religion, la diversité et les possibilités d’une coexistence pacifique. Il remporte la même année avec ce film le prix du meilleur réalisateur au Festival Cinématographique d’Abou Dhabi.

En 2012, sort son documentaire «Dégage !» constitué d’images prises sur le vif lors des différentes manifestations de la révolution tunisienne de 2010-2011, commémorant ainsi le premier anniversaire de la fuite du président déchu Ben Ali.

En 2015, sort son dernier film long métrage «Lilia».

Filmographie

  • 1989 : «Le Casseur de pierres»
  • 1993 : «Ya Nabil»
  • 1996 : «Essaïda»Mohamed Zghan "Lilia"
  • 2002 : «Le Chant du millénaire»
  • 2004 : «Le Prince»
  • 2009 : «Vivre ici»
  • 2013 : «Dégage !»
  • 2014 : «Lilia» long métrage de fiction

Synopsis Lilia : ce film raconte l’histoire d’une jeune femme très moderne qui vit dans sa propre bulle. Bien dans son époque, sans tenir compte des risques qu’elle encourt et qui peuvent lui jouer de sales tours au moment où le pays a failli perdre les acquis des droits des femmes qui ont amené les islamistes au pouvoir.

Références : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Zran

Gérard Lefort, «Tunis, ville ouverte», Libération 1er octobre 1997

Mona Yahia, «Le réalisateur de Vivre Ici Mohamed Zran aborde des sujets tabous», Magharebia 13 septembre 2010

Palmarès (Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou)

«Discrets, les Tunisiens», La Presse de Tunisie 7 février 2011

Nadia Bendjilali, «Le festival ciné d’Aflam honore la Tunisie avec des extraits de Dégage, de Mohamed Zran», LeJMED.fr, 6 juin 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.