Mohamed Snoussi

←Retour

Né le 18 septembre 1851 à Tunis et décédé le 17 novembre 1900, est un écrivain, homme de lettres et de sciences. Sa réputation lui vaut d’être appelé à remplir l’office de précepteur chez le bey, lequel le charge de l’instruction du prince Naceur Bey. En parallèle il continue à se perfectionner dans les lettres arabes.

Il commence à composer une anthologie des poètes tunisiens accompagnée de biographies et de notices bibliographiques. Le travail de compilation et d’analyse lui prend cinq ans et paraît sous le titre «Florilège des poètes tunisiens».

En 1876, il fait paraître les œuvres poétiques de son maître Mahmoud Kabadou.

Deux ans plus tard, il choisit certains de ses articles du Journal Officiel et les fait paraître dans un recueil qui connaît un certain succès.

En 1880, il publie son traité de prosodie composé en vers et termine un important répertoire biographique consacré aux jurisconsultes tunisiens.

En 1881, avec l’instauration du protectorat français, il quitte ses fonctions de rédacteur au Journal Officiel.

En 1889, il fait un séjour en France à l’occasion de l’exposition universelle de Paris et consacre un poème à la Tour Eiffel. Il est le père du réformateur Zine el-Abidine Snoussi.

Références : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Snoussi

http://chkoun.overblog.com/mohamed-snoussi-1851-1900

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.