Mohamed Sghaier Ouled Ahmed

←Retour

Mohamed Sghair Ouled AhmedNé le 4 avril 1955 à Sidi Bouzid et décédé le 5 avril 2016, est l’un des poètes tunisiens les plus connus de sa génération. Il obtient son diplôme d’animateur culturel avant de suivre des études de psychologie en France. C’est là que commence à germer l’idée d’un établissement totalement dédié à la poésie en Tunisie.

Attaché culturel au ministère de la Culture tunisien de 1993 à 1997, son rêve se réalisa en octobre 1993 avec l’inauguration de la Maison de la poésie au cœur de Tunis, dont il sera le directeur. Objectif : diffuser la culture poétique et ses spécificités tunisiennes et rendre cette forme d’art plus accessible au grand public.

Poète, mais aussi militant, car à travers les mots, Sghaïer Ouled Ahmed s’est fait le porte-parole d’une génération d’opprimée et révoltée, éprise de liberté.

Il publia son premier recueil de poésie en 1984, lequel fut interdit de diffusion et censuré pendant 4 ans.

En 1993, il refusa l’Ordre national du mérite culturel décerné par le président déchu.Mohamed Sghair Ouled Ahmed

Engagé contre toute forme d’intégrisme, le poète s’est aussi élevé contre le mouvement islamiste et le parti Ennahdha arrivé au pouvoir en Tunisie après la révolution de 2011.

Mohamed Sghaïer Ouled Ahmed a publié plusieurs recueils de poèmes :

  • ‘‘Nashîd al-ayyâm al-sitta (Cantiques des six jours)’’, éd. Demeter, Tunis 1988, (censuré sous Bourguiba) ;
  • ‘‘Lakinnanî Ahmad (Pourtant mon nom est Ahmad)’’, éd. Association des Tunisiens en France, Paris 1989 ;
  • ‘‘Laysat lî mushkila (Je n’ai pas de problème)’’, éd. Cérès 1989;
  • ‘‘Janûb al-mâ’a (Le Sud de l’eau)’’, éd. Cérès, Tunis, 1991;
  • ‘‘Tafâcil (Détails)’’, prose, éd. Bayram 1989 ;
  • ‘‘Al-Wasîyya (Testament)’’, éd. Manshurât Aouled Ahmed, Tunis 2002. Ce dernier poème est considéré comme l’un des meilleurs des vingt dernières années.

En octobre 2015, Le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine avait organisé une soirée en son honneur, au Théâtre Municipal, il annonca à cette occasion publiquement qu’il était atteint du cancer. Ce fut un grand moment d’émotion parmi le public et ses amis venus nombreux lui rendre hommage.

Le 4 avril 2016, il publie son dernier poème sur sa page facebook, écrit à l’Hôpital Militaire de Tunis et le 5 avril il décède à l’Hôpital Militaire. Enterré le 6 avril au carré des martyrs au cimetière du Jellaz, sa dépouille est accompagnée à sa dernière demeure par plusieurs milliers de personnes dont un grand nombre de femmes.

Les hommages au poète qui a marqué tous les tunisiens, sont nombreux tant en Tunisie qu’à l’étranger.

Références : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Sghaïer_Ouled_Ahmed

http://www.huffpostmaghreb.com/2016/04/06/sghaier-ouled-ahmed-poeme_n_9618874.html

http://www.lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=11&nid=3919

Une réflexion sur “ Mohamed Sghaier Ouled Ahmed ”

  1. Ping : Tarak Souissi - Répertoire des Artistes Tunisiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.