Léa Véra Safira Tahar

←Retour

Léa Véra Safira TaharNée le 17 décembre 1948 et décédée en 2012, est peintre autodidacte, écrivaine et poétesse. Son nom d’artiste Léa Véra et Tahar qu’elle empreinte à son père qui s’était engagé pour l’indépendance de la Tunisie. Elle est diplômée d’études supérieures de l’Université de la Sorbonne (Paris IV) le 23 mars 1983. Ce n’est qu’en 1999 qu’elle commence à dessiner et à peindre.

léa vera taharEn 2001, elle utilise le papier mâché : «Me voilà devant mes journaux déchirés, mon seau de colle à inventer et à créer des personnages et des objets. Jamais, une seule seconde, je n’aurai pu croire que je pourrai tenir un pinceau ou façonner des boules en papier. Je l’ai fait, plus rien ne m’appartient, à vous de juger».

«Quand à sa sculpture basée sur la technique du papier mâché, elle a mis du temps à l’apprivoiser. C’est que l’artiste aux multiples talents est totalement autodidacte. Un travail assidu, une recherche continue lui ont permis, au fil du temps, d’en maîtriser l’art et la manière. Ce n’est que bien plus tard qu’elle découvre que ses sculptures ressemblent à celle de Nicki de St Phalle. Cette découverte, elle l’a faite au moment même où Nicki de St Phalle est décédée, raison pour laquelle Léa-Véra semble croire à une sorte de hasard objectif ou de destinée qui fait qu’elle perpétue à sa manière cette sculpture particulière, un brun naïve, un brun sentimentale, totalement affranchie et qui ne se refuse aucune liberté, aucune fantaisie… les œuvres sont foisonnantes de personnages, hommes, femmes, enfants, animaux, faune et flore, selon un tracé qui évoque le dessin d’enfants et un coloriage ravissant fait de couleurs exubérantes et de contrastes forts et éclatants». Source : Sonia Chemkhi http://www.tunisiartgalleries.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1373:leah-vera-tahar-une-artiste-atypique

léa vera taharPublications :

Elle publie en 1992 aux Editions Ceres Production, un ouvrage en deux tomes «Tunisiennes En Devenir», ainsi que des poèmes dans la revue «Les Cahiers d’Etudes Maghrébines». Un recueil de nouvelles «Ravaudage au Pays du Ménage» publié par les éditions Noir sur Blanc novembre 1998.

Elle participe au Festival International de la Poésie Féminine à Paris en mai 1999.

Textes Primés :

«Propos Décousus d’une Femme au Foyer» : Prix du concours de la nouvelle organisé par le Club Culturel Tahar Haddad à Tunis.

«La Rumeur» , recueil de nouvelles, concours organisé par la Forum Femmes Méditerranée de Marseille (mars 1994), publié dans un ouvrage collectif réunissant d’autres nouvelles primées de femmes appartenant aux pays du pourtour méditerranéen, publication du CREDIF.

Théâtre Cinéma :

son recueil de nouvelles «Rumeur» a été adaptée, mise en scène et jouée par Monique Akkari mars 1995

Elle joue un second rôle dans «Un été à la Goulette» de Fèrid Boughedir

Expositions :

Expositions de sculptures en 2002 et 2005 à la Médiathèque Charles de Gaulle –

Exposition de groupe à la Galerie Le Damier –

Exposition personnelle à la galerie Ciné Son à la Marsa Mars 2007 intitulée «Insolite».

Références : http://tahiti-ses-iles-et-autres-bouts-du-mo.blogspot.fr/2012/02/lea-vera-tahar-la-tunisienne.html

http://www.artisho.com/Lea-Vera-Tahar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.