Kawther Ben Hania

←Retour

Kawther Ben HaniaNée à Sidi Bouzid, est réalisatrice et scénariste. Elle est diplômée de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales. Membre de la (FTCA) Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs.

Elle rejoint entre 2002 et 2004, l’Ecole des Arts et du Cinéma de Tunis (EDAC) où elle réalise trois films d’école dont «La brèche», un court métrage qui remporte plusieurs prix.

En 2003, elle participe à l’atelier d’écriture de longs métrages «Aristote» financé par Euromed.

Elle rejoint la prestigieuse Ecole Nationale Supérieure des Métiers de l’Image et du Son de la FEMIS (Paris) en 2005.

En 2006, elle réalise son premier court métrage professionnel «Moi, ma sœur et la chose».

En 2008, elle obtient un master 2 à Paris 3 la Sorbonne nouvelle. Son mémoire de recherche porte sur : «le documenteur : la fiction avec ou contre le documentaire».

En 2010, elle signe un documentaire de 75 minutes «Les imams vont à l’école» qui rencontre un réel succès dans les festivals.

En 2011, elle réalise une série télévisée en 3D pour enfants de 120 épisodes, diffusée sur Aljazeera Children.

En 2013, elle signe un deuxième court métrage «Peau de colle».

«Le Challat de Tunis» (2013), est son premier long métrage à cheval entre le documentaire et la fiction. Il a été présenté à l’ouverture de l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) au Festival de Cannes. Il obtint de nombreux prix dans de prestigieux festivals à travers le monde.Kaouther Ben Hania "Le challat de Tunis"

Synopsis Le Challat de Tunis : Partant d’un fait divers en 2003, devenu légende urbaine en Tunisie comme dans plusieurs pays du Moyen-Orient, le challat de Tunis, cet homme mystérieux qui aurait agressé plusieurs femmes tunisiennes de sa lame de barbier, qui étaient habillées, selon lui, trop à l’occidentale. Les faits se sont déroulés alors que le président Ben Ali était au pouvoir. L’enquête se mène après le soulèvement populaire de 2011. La réalisatrice dresse dans un film d’une durée d’1h30, le portrait d’une société tunisienne en pleine effervescence où le corps féminin reste un enjeu de taille.

Dernière Info : Lors des dernières Journées Cinématographiques de Carthage (JCC 2016), son film documentaire «Zeïneb n’aime pas la neige» remporte le Tanit d’Or.

  • le film La belle et la meute  » « Aala Kaf Ifrit » est en compétition officielle au Festival de Cannes 2017 dans la catégorie « un certain regard ».

Références : https://www.youtube.com/watch?v=m9UzrFoS_XQ

http://www.rfi.fr/afrique/20150331-le-challat-de-tunis-kaouther-ben-hania-enquete

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.