Imed Jemâa

←Retour

Imed JemaaNé à Tunis, est un danseur et chorégraphe tunisien. Il est considéré comme l’un des pionniers de la danse contemporaine en Tunisie. Amateur d’arts martiaux, danseur classique puis contemporain, il fonde sa compagnie, le Théâtre de la danse, en 1989. Il est sélectionné aux Rencontres de Bagnolet en 1992 avec Nuit blanche et reçoit, en 1994, la médaille d’argent de la meilleure chorégraphie pour les Jeux de la Francophonie organisés à Paris.

Danseur du Ballet national tunisien en 1990-1991, il est l’interprète d’«Histoires d’elles» sur une chorégraphie d’Odile Cougoule. Il travaille au sein du Ballet national tunisien jusqu’en 1996. Il lance, en 1998, le projet d’un centre chorégraphique méditerranéen à Tunis, avec «Çabra», spectacle consacré à l’Algérie.

imed-jomaa-choregraphiePrincipales chorégraphies

  • Nuit blanche, 1992
  • État ou espèce, 1994
  • Mémoire, 1994
  • Çabra, 1998
  • Awled et Batha, 1999
  • Dar Ellil, 2001
  • Pièce montée, 2003
  • Rêves d’Alger, 2004
  • Rojla, 2006
  • Manège, 2008
  • Tounsi, 2008
  • Étincelle, 2009

Obstiné, il ne se résout pas à accepter le manque de considération qui pénalise cette discipline et les danseurs qualifiés d’une manière péjorative de «ragas». Cette célébration du corps et du plaisir marginalise certains hommes qui osent enfreindre les interdits et les tabous en vigueur. Conscient que la seule technique n’est pas suffisante dans cette discipline, il y associe la pédagogie nécessaire pour la revaloriser et lui permettre de sortir du ghetto de la «cafichanta» dans lequel elle est confinée.

L’originalité, la qualité et la constante dans son travail lui ont permis d’être remarqué par de grands professionnels de la danse Ushio Amagtsu le maitre de la danse Butou, Jean-Paul Montanare, directeur du festival Montpellier danse, et Lorina Niclas, la fondatrice du prestigieux Festival de Bagnolet où il décroche le grand prix.

De retour à Tunis, il poursuit sa quête artistique en fondant sa propre compagnie, Théâtre de la Danse, entouré de jeunes talents soucieux de développer leur propre langage chorégraphique urbain.

Sans moyens financiers, ni encadrement, confronté à une indifférence frustrante, Imed Jemaa persévère dans son exaltation et fonde dans l’urgence, en août 2010, le Centre Chorégraphique Méditerranéen, une association qui réunit toutes les bonnes volontés et les compétences que compte la profession. Un espace de rencontre et d’échange qui offre à ses adhérents une formation professionnelle adaptée, ainsi que l’opportunité de réaliser leurs propres créations chorégraphiques.

Avec la résidence octroyée par l’espace Mad’Art, à Carthage, le Centre Chorégraphique Méditerranéen s’est avéré comme une expérience viable et forte en cohésion artistique, qui lui permet d’explorer les multiples possibilités que lui offre le Kung Fu dans sa démarche artistique.

Disciple de Merce Cunninghan et José Limone, Imed Jemaa associe, dans une fusion maitrisée de disciplines complexes, l’énergie des arts martiaux, aux techniques de la danse contemporaine, inspirées par un certain mode de vie tunisien.

Une attitude qui lui vaut la considération de différents mentors, qui l’invitent à prolonger, avec d’autres partenaires, son expérience artistique en France, Espagne, Belgique, Canada, Sénégal, Cameroun, Burkina Faso, Afrique du Sud, Mozambique, Swaziland, Egypte, Maroc, Irak, où il décroche en 2014, avec «Hâla», le prix du meilleur spectacle.

Observateur avisé, il puise dans son vécu et l’actualité brûlante tunisienne l’inspiration nécessaire pour ses ballets, telles «Houssa Hafali, Wentikal Dimocrati» (un regard désabusé sur la confusion engendrée par la révolution et les antagonismes qui en découlent), ou «Avalanche».

Dans le local exigu qui lui sert d’atelier de danse, il confie : «Je crée, en compagnie de mon ami camerounais Serge Tuscap, un grand festival de danse contemporaine dans son pays! Une entreprise exaltante, avec de fabuleux danseurs africains!»

Références : http://kapitalis.com/tunisie/2015/06/11/le-choregraphe-imed-jemaa-je-danse-pour-exister/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Imed_Jemâa

http://www.artwiki.fr/wakka.php?wiki=Imed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.