Hassen Nasr

←Retour

Hassen NasrNé en 1937 à Tunis, est un poète, romancier et nouvelliste. Il a commencé à écrire depuis la fin des années cinquante.

En tant que nouvelliste :

  • Après avoir publié plusieurs nouvelles dans les revues littéraires de l’époque, il s’est fait distinguer par son fameux recueil de nouvelles « Layali Al Matar » paru en 1967.
  • Il publia plus tard son roman «Dahalise Al lail » en 1977, qui rencontra un réel succès.
  • En 1985, il publia un nouveau recueil de nouvelles, intitulé « Les 52 nuits », suivi par le roman « Khobz Al Ardh » (1985).

Suivirent ensuite d’autres livres tels que :

  • « Assahar wa Aljorh » (1989),hassan nasr livre
  • « Khouyoul Al Fejr »,
  • « Dar Al Bacha » (1994) et
  • « Sijillet Ra’s Al Dik » (2001).

Il s’arrêta d’écrire pendant quelques années pour revenir en 2010 avec son nouveau roman «Créatures ailées » qui reçu la mention spéciale du jury de Comar d’Or 2010.

Son dernier roman, parue en 2015 « Que la mer est belle » «Ma ajmal elbahar » comporte 24 courtes histoires indissociables qui ont pour cadre la Révolution.

Hassan Nasr s’illustre par un nouveau genre littéraire qu’est la « nouvelle très courte » dont il est le pionnier en Tunisie et dans le monde arabe dès les années soixante, quand il réalisa un grand nombre de courtes nouvelles qu’il avait réunies dans un livre intitulé « 52 nuits ».

Les caractéristiques de la nouvelle-flash, c’est qu’elle surgit d’un état d’âme, d’un événement, d’un regard ou d’un sentiment. Ce genre littéraire commence à prendre de l’importance sur la scène arabe et internationale et occupe de plus en plus une place prépondérante parmi les autres genres littéraires classiques.

En tant que poète :

Il a publié un recueil de poèmes, écrits entre 1956 et 2013 intitulé « Aâyed el foussoul » (Fêtes des Saisons) paru aux éditions Maison Tunisienne du Livre.

Dans ces poèmes libres, on trouve des descriptions de la nature et du paysage, où le poète chante la beauté des saisons et vante les arbres fruitiers et les fleurs odorantes qui embaument la terre. Il aborde aussi, la vie des marrins, la révolution, la femme. Le poète recourt à des images évocatrices et des métaphores diverses, variant entre narration et description.

Références : http://www.turess.com/fr/letemps/65067

http://www.letemps.com.tn/article/92220/parution-«que-la-mer-est-belle-»-nouveau-roman-de-hassen-nasr-qu’attend-de-la

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *