Habib Masrouki

←Retour

Habib MasroukiNé en 1950 et décédé le 29 novembre 1980, est un réalisateur. Diplômé de l’IDHEC, il était aussi éclairagiste et directeur de photo.

Fondateur du Club des Cinéastes Amateurs de Kairouan où il organisa bénévolement des séances de formation.

Il a réalisé en 1967, «Notre Monde» premier film tunisien d’animation en couleur d’une dizaine de minutes :

«Par le biais de paquets de cigarettes enclins à des acrobaties de tous genres, Masrouki concocte une parabole mordante sur les grandes puissances de ce monde et leurs manœuvres hégémoniques. Le symbolisme politique, dans ce film, est efficace parce qu’il mise sur la drôlerie.»

En 1972, il est directeur de la photo sur le film «Seuils interdits».Habib Masrouki

Il a fondé avec Fadhel Jaïbi, Mohamed Driss, Fadhel Jaziri et Taoufik Jebali, le Nouveau Théâtre de Tunis en 1976. Tous enseignaient à l’Institut Supérieur d’Art Dramatique, dont le siège était à El Omrane. Habib Masrouki a apporté son talent de directeur photo et de réalisateur de cinéma. Une lumière et un éclairage d’une grande subtilité ont distingué toutes les pièces du Nouveau Théâtre, d’«Al Ors» (La Noce) à «Ghassalet Ennwader», «El Wartha» (L’Héritage), «Ettahqiq» (L’Instruction)…

Son rôle ne se limitait pas à cela. Son immense culture et sa connaissance du terroir tunisien ont enrichi toutes les créations collectives du Nouveau Théâtre. La démarche de la troupe était brechtienne. Le texte, la mise en scène, le décor, l’éclairage, le jeu d’acteur, faisaient l’objet d’une création collective ; chacun apportant son talent particulier. Chaque pièce naissait et se construisait au fil de séances de création basée sur l’improvisation autour des apports et des talents de chacun. Plus particulièrement la mise en scène pour Fadhel Jaïbi ; le texte pour Mohamed Driss ; le décor et les costumes pour Fadhel Jaziri ; la direction photo, la lumière et la vision esthétique générale pour Habib Masrouki. Les textes de certaines pièces du Nouveau Théâtre sont des textes originaux d’auteurs : «Al Ors» (La Noce) texte de Mohamed Driss et celui de «Al Wartha» (L’Héritage) co-écrit par Tawfik Jebali et Mohamed Driss.

«La photo est spectrale, tombale. Si elle est si prégnante, c’est à l’œil expert de Masrouki qu’on le doit, géomètre de la lumière et de ses nuances. Al Ors (La Noce) est un film pensé, vécu et travaillé comme une offrande à Habib Masrouki. Si l’image éblouit, c’est parce qu’elle porte sa marque. Si le ton est si désabusé et si incisif, terriblement lucide et prémonitoire, c’est parce que c’est également le sien». (Hédi Khelil)

Références : http://www.cinematunisien.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1211&Itemid=61

http://www.lagora.tn/event/jcc-hommage-à-habib-masrouki

http://ameurjeridi.blogspot.fr/2012/12/cinema-lecole-de-kairouan-ou-legende.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.