Férid Boughedir

←Retour

Ferid BoughedirNé en 1944 à Hammam Lif, est un réalisateur et scénariste.

Il est le fils de Taoufik Boughedir, journaliste, dramaturge et homme de culture.

A partir de 1971, il entre à la revue Jeune Afrique en tant que journaliste et devient professeur de cinéma à l’Université de Tunis.

Il se fait d’abord connaître comme critique cinématographique par ses publications sur l’histoire des cinémas africain et arabe.

Il réalise deux long-métrages documentaires présentés en sélection officielle au Festival de Cannes : «Caméra d’Afrique» (1983) et «Caméra arabe» (1987). Sa première œuvre de fiction, «Halfaouine, l’enfant des terrasses» (1990) est couronnée de plusieurs récompenses, dont le Tanit d’or aux Journées Cinématographiques de Carthage (JCC).

En 1992, il est délégué général lors de 14e session des JCC, membre des jurys officiels de Cannes (1991), Berlin (1997) et Venise (1999) et président du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (2001).

Son dernier film ‘‘La Parabole de Zizou’’ est un long métrage de fiction sur les années révolutionnaires 2010/2011.

Filmographie

  • 1969 : La Mort trouble
  • 1972 : Pique-nique (court-métrage de fiction), l’un des trois courts-métrages composant le film Au pays du Tararanni
  • 1983 : Caméra d’Afrique (long-métrage documentaire)Férid Boughedir
  • 1985 : Caméra de Carthage (court-métrage documentaire)
  • 1987 : Caméra arabe (moyen-métrage documentaire)
  • 1990 : Halfaouine, l’enfant des terrasses (long-métrage de fiction)
  • 1996 : Un été à La Goulette (long-métrage de fiction)
  • 2008 : Villa Jasmin, téléfilm adapté du roman Villa Jasmin de Serge Moati
  • 2011 : Regard d’Afrique (série de documentaires de 26’) réalisation Issaca Kompaoré
  • 2015 : Parfum de printemps : Ce film du genre comédie dramatique renvoie vers la Tunisie fin 2010, début 2011 et la naissance du  “Printemps des pays arabes”.

Synopsis Parfum de printemps : Aziz, surnommé « Zizou », jeune diplômé au chômage quitte son village du Sahara pour monter à la capitale, Tunis, en quête d’un métier. Il devient Installateur de paraboles sur les toits. Encore honnête et candide, il circule dans tous les milieux, des plus aisés aux plus démunis, des modernistes « branchés » aux partisans du régime despotique, ou aux opposants islamistes clandestins. Un jour, depuis les terrasses du beau village de Sidi Bou Saïd, il tombe fou amoureux d’une jeune fille.Férid Boughedir "Parfum de printemps"

Ouvrages principaux

Le cinéma africain de A à Z, éditions Ocic

Le cinéma en Afrique et dans le monde, éditions Jeune Afrique

Ouvrages collectifs :

Les cinémas du Maghreb, éditions Papyrus

Cinémas noirs d’Afrique, éditions L’Harmattan

Références : http://www.rfi.fr/afrique/20160419-ferid-boughedir-parfum-printemps-comedie-politique-tunisienne-film-cinema

http://www.jeuneafrique.com/mag/318548/culture/cinema-ferid-boughedir-tends-miroir-aux-tunisiens/

 

  1. Ping :Taoufik Zghonda -

  2. Ping :Léa Véra Safira Tahar - Répertoire des Artistes Tunisiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.