Fadhila Chebbi

←Retour

Fadhila ChebbiNée le 24 janvier 1946 à Tozeur, est une poétesse et romancière d’expression arabe. Fille d’Ahmed Ben Brahim Chebbi, Fadhila est la cousine du poète Abou el Kacem Chebbi. Diplômée de langue et littérature arabes en 1971 de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et professeur d’arabe durant plus de trente ans, elle se consacre à la littérature à partir de 1988.

Dans les années 1970, elle fonde avec Tahar Hammami et Habib Zannad un mouvement littéraire, «Fi ghayr al-amoudi wal-hurr» (poésie autre que métrique et libre) dont elle était la seule femme. Elle est la première poétesse à sortir de la métrique classique dans son premier recueil de poèmes «Parfums de terre et de colère» publié en 1973 à Beyrouth.Fadhila Chebbi

En 1984, elle reçoit le prix Wallada de poésie, décerné par l’Institut hispano-arabe de culture à Madrid, pour son recueil de poèmes «Des nuits aux lourdes cloches» (Allayali dhat el ajrass athaqila), qui n’a pu lui être remis en main propre. En effet, comme beaucoup d’opposants et d’intellectuels, le pouvoir en place de l’époque, refusait de lui renouveler son passeport, une manière indirecte de lui interdire la sortie du territoire tunisien.

En 1991, elle publie un petit livre en arabe dialectal, «Tigelles» (Chamârîkh) et «Les Jardins géométriques».

En 1998, elle reçoit pour «Miyah nesbiyya» le prix Zoubeida B’chir pour la création littéraire en langue arabe, décerné par le Centre de Recherches, d’Etudes, de Documentation et d’Information sur la Femme (CREDIF), et elle le reçoit à nouveau en 2009 pour son recueil «Bourouk El Mata».

En 1999, elle publie «Al Of’ouan», qu’elle réédite en 2001.fadhila-chebbil-livre2

En 2000, elle publie son deuxième roman, «Tasalluq al-sâ’ât al-ghâ’iba» (L’Arpenteur des heures absentes).

Elle reçoit en 2002 le Prix de la Foire du livre pour enfants pour «Hayyi sayyad el achi’aa».

Elle publie en 2003 «Tafattouq el hijara» et, en 2009, un recueil de nouvelles intitulé «Anissat ez-zaman el mouareb» ainsi qu’une deuxième édition de son ensemble poétique de 2008, «Assou’al fajroun youssafer». Elle écrit aussi «Le Poète, le monde et la rose».

Son poème «L’Épopée», écrit à l’époque de la révolution de 2011, rend hommage à Mohamed Bouazizi. Dans son recueil «Manzilou arrih » (Foyer du vent), elle évoque des thèmes comme la liberté et la justice.

En 2013, elle publie ses œuvres complètes en cinq tomes chez Dar M’hamed Ali El Hammi ; les deux premiers tomes rassemblent de la poésie en arabe littéraire, le troisième de la poésie en arabe tunisien, le quatrième des contes pour enfants et un dernier de la narration.

Elle est invitée à lire sa poésie dans des festivals et conférences littéraires dans tout le monde arabe, à Paris, en Espagne et en Italie.

Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues, en particulier en français et en anglais.

Les notions majeures que l’on retrouve dans sa poésie sont la métaphore mystique, la dialectique du vide et de la matière et la relation à l’univers.

Références : http://www.jetsetmagazine.net/jetset,mag/parution-de-luvre-complete-de-fadhila-chebbi.68.2176.html

http://www.alkitab.tn/fr/recherche-produits?tags_titre=fadhila%20chebbi&authorid=&edtid=&collection_value=&sku=&field_pdt_rayon_tid=All&field_disponibilite_liste_value=All&type_1=All&field_pdt_type_produit_value=All

http://www.poetasdelmundo.com/detalle-poetas.php?id=1096

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.