Béchir Khraïef

←Retour

Béchir KhraïefNé en 1917 à Nefta et décédé en 1983, est nouvelliste et romancier. Béchir Khraïef est considéré comme l’une des plus importantes figures de la littérature tunisienne du XX siècle.

Il s’est illustré dans l’ensemble de son œuvre par une vision critique de la société tunisienne arabo-musulmane. Celle que l’on retrouve dans «Khlifa lagraa» (Khlifa le teigneux) comme dans l’ensemble des nouvelles qui composent le recueil «Mechmoum el fel» (Le Bouquet de jasmin 1971), ainsi que «Eddegla fi arajinha» (Les Dattes dans leur régime, 1969).

Son unique fiction historique, «Barg ellil» (L’Éclair de la nuit, 1961), bien que l’histoire se situe au XVIe siècle et qui retrace les luttes d’influence que se livraient Turcs et Espagnols en Méditerranée. Esprit subversif, plein de distance et de dérision à l’égard de la société qu’il juge hypocrite, engoncée qu’elle est dans une morale de façade et des règles liberticides.

Béchir Khraïef met ses personnages en butte avec cette morale et ces règles et montre comment elles les détruisent mais aussi comment leur sens inné de la liberté les ridiculise et les infirme.

«Barg ellil», esclave noir, héros de son roman, à force d’obstination et de ruse, finit par s’imposer à la société esclavagiste qui l’asservie et part sur les routes du monde, libre comme le vent. (Références : Samir Merzouki Université de Manouba).

Principales oeuvres :

Nokhal Baya (1936) – Lilet loutya (1937) – Hobbek derbani (1959) – Barg ellil (1960) – Khlifa lagraâ (1965), (voir le film Khlifa le teigneux) – Degla fi ârajiniha (1969) – Machmoum El Fel (1971) – Ballara (1992, posthume)

Références : https://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2008-3-page-367.htm

http://www.turess.com/fr/letemps/44135

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.