Bahram Aloui

←Retour

Bahram Aloui Né le 7 juin 1979 à Makthar, est un acteur et réalisateur. Artiste polyvalent. Il a étudié le russe, la langue des signes et le cinéma à Tunis, puis il a préparé un mémoire de recherche sur les arts vivants.

Il a participé à de nombreux projets artistiques tunisiens et internationaux. Parallèlement, il écrit des scénarios, monologues et poèmes et travaille les textes, la dramaturgie et la mise en scène de contes traditionnels.  Avec une petite caméra numérique HD, il filme spontanément de nombreuses scènes de vie captées sur le vif.

«Le Visage de Dieu» est son premier documentaire long métrage. Un film autobiographique, lecture croisée de son histoire personnelle et de l’histoire du pays.

Filmographie :
Cinéma :
2004 : Sésame, ouvre-toi (court métrage) d’Elyès Zrelli
2005 : Junun de Jalila Baccar et Fadhel Jaïbi
2007 : Thalathoun de Fadhel Jaziri
2012 : Millefeuille de Nouri Bouzid
2014 : Printemps tunisien de Raja Amari

Réalisateur :
2014 : Le Visage de Dieu (moyen métrage)
2014 : Addonia Assalam Lilghieb (film documentaire sur l’artiste Abdelwahab El Jemli)

Télévision : Séries
2009 : Maktoub (saison 2) de Sami Fehri
2012 : Pour les beaux yeux de Catherine de Hamadi Arafa
2013 : Aloulou de Kamel YoussefBahram Aloui "Le visage de dieux"
2015 : Plus belle la vie (saison 11 : Prime : dette d’honneur) de Didier Albert
2015 : Bolice de Majdi Smiri
2016 : Le Président de Jamil Najjar
2016 : Embouteillage de Walid Tayaa
Téléfilms :
2006 : The Gospel of Judas de James Barrat
2012 : Maria di Nazaret (it) de Giacomo Campiotti

Théâtre :
2004 : La Queue, texte de Sabah Bouzouita et mise en scène de Slim Sanhaji
2005 : Œdipe le tyran, mise en scène de Noureddine El Ati
2009 : The End, texte de Leila Toubel et mise en scène d’Ezzeddine Gannoun
2009 : Kelb, spectacle vidéo-chorégraphique en paysage urbain d’Ali Salmi
2012 : Monstranum’s de Leila Toubel et Ezzeddine Gannoun
2013 : Café Ulysse de la Compagnie Caracol

Synopsis Le visage de dieu : A trente ans passés et à la suite de nombreuses déceptions, un jeune homme déjà usé par la vie convoque son passé pour le revisiter. Il revient ainsi sur son enfance dans son village du Nord Ouest tunisien au milieu des années 80, une des zones d’ombre du pays. Là bas, sa grand-mère lui racontait les histoires d’un autre temps, sa mère préparait le pain au petit matin et sur un écran de télévision défilait l’histoire du pays : le pain devenu l’affaire des peuples (Emeutes du pain, 1983). L’enfant grandit et l’histoire avance, à l’âge adulte c’est le départ vers la capitale Tunis. Il découvre alors un univers plein de brillance mais aussi de mirages, qui a ses propres zones d’ombres.

Référence : http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=19734

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.