Alia Sellami

←Retour

Alia SellamiNée à Paris le 14 mai 1970, interprète, auteure-compositeur, performer et professeur de chant. De père tunisien et d’ascendances maternelles andalouse, luxembourgeoise, allemande et polonaise. Elle grandit en Tunisie et dès son jeune âge elle se lance dans une formation artistique qui associe des arts et des techniques de genre différents : musique arabe, classique, jazz et danse africaine, classique jazz et contemporaine. C’est avec Fawzi Chekili qu’elle se perfectionne en jazz.

Le contexte artistique pluri-culturelle et interdisciplinaire est déterminant dans son parcours. Elle aime pratiquer, des styles et des techniques de chant divers et se plait à faire inter-agir, dans ses créations, toutes sortes de formes d’expressions artistiques. En parallèle, elle suit un cursus en musicologie à la Sorbonne. Elle remporte le 1er prix de l’UFAM (2001) et obtient la mention spéciale du jury au concours international «Ibla Grand Prize» en Italie (2008). Elle assure dans « La voix humaine » de F. Poulenc en Première Nationale à l’opéra du Caire (2000), et lors de son passage dans le Chœur de Radio France (2001-2006), sous la direction de R. Mutti, K. Masur, M. M. Chung, P. White.Alia Sellami

Après une formation au conservatoire de Tunis, elle se perfectionne auprès du maître Ali Sriti (2001-2003) avec qui elle prépare et donne la seconde partie du concert « Entre occident et orient » composée de chants orientaux occidentalisants. Elle double la voix de l’actrice Hend Sabri dans des chansons d’Asmahan dans le film Tunisien « El kotbya » (2003).

Entre 2004 et 2005 elle travaille en atelier d’improvisation avec le clarinettiste Sylvain Kassap avec qui elle donne quelques concerts.

L’improvisation prend dès lors, une place sans cesse grandissante dans le travail personnel et les performances de la chanteuse. Pour le festival « Dream City » elle propose « Le champs des baleines jaunes » et «Fenêtres du paradis», deux Installations sonores avec la plasticienne Rouma Bel Hiba (2007).

En 2010 elle collabore avec l’ensemble «De Caelis» en France en interprétant des chants sacrés égyptiens. La même année, elle représente la Tunisie au dernier « Festival International De La Chanson Arabe » dans une création de Samir Agrebi et remporte le «Prix de la Meilleure chanson». En 2010, également et à l’occasion de «L’Octobre Musical», elle entre en résidence avec le trompettiste Ibrahim Maalouf en vue, le temps d’un concert, de relier l’univers des deux artistes, entre jazz, musique du monde et improvisation.

Elle effectue plusieurs interactions avec des arts d’autres horizons:

Danse: Depuis 2001 elle collabore avec différents danseurs : le chorégraphe tunisien, Imed Jemaa pour le Festival de Hammamet, la danseuse chorégraphe Imen Smaoui au Théâtre de Vitry-sur-Seine (2002), avec le danseur français de buti Richard Cayre. Elle participe à la création de Kays Rostom : « Djam » musique-percussions-vidéo-danse, pour le Festival de Hammamet (2010).Alia Sellami

Vidéo : Entre 2006 et 2008 elle intervient régulièrement sur des œuvres de la vidéaste française Eliane Chiron et de la tunisienne Nicène Kossentini.

Elle intervient également en chant dans le spectacle de l’ensemble «Diffraction» de Wilfried Wendling : musique électronique–danse-vidéo» (2002-2004). Elle collabore à la création musique-art plastique-danse-théâtre du théâtre Phou dans « la Porte des étoiles » elle y performe et assure la direction musicale : (Tunisie et Liban 2008 -2009).

– Sur un plan purement musical, elle interagit en 2006 sur des œuvres du compositeur français Costin Mériéanu et performe en 2010 sur sa propre œuvre vocale « Mur murs de la ville » dans une ruelle de la médina de Tunis, pour le Festival « Dream City »

Composition : C’est en 2003 qu’Alia Sellami se lance dans la composition. Elle collabore pour le cinéma à la composition de la chanson phare du film «El Kotbia» (Leïla’s song) et travaille régulièrement avec le compositeur Kaïs Sellami pour des musiques de documentaires, de courts métrages et de dessins animés (2004-2010).

– Pour le théâtre, elle écrit et interprète en 2009, la musique de la pièce «The End» de Ezzedinne Gannoun (Scène d’or 2010, meilleur spectacle)

Elle compose 3 pièces contemporaines pour son concert « Eclats » commandé par le Festival « Les Estivales » de Perpignan, où elle mêle créations contemporaines, pièces lyriques, Jazz, et chant arabo andalou.

Musique du monde : Dans son sillage, elle emmène avec elle ses anciens étudiants, et fonde en 2008 l’ensemble vocal « Aloès » pour lequel elle crée le concert « Nafass » pour l’ouverture du Festival de « Chant à Capella » à Carthage, concert qui regroupe des chants sacrés de 22 pays, de 10 confessions différentes et qui poursuivra sa tournée en Tunisie et à l’étranger.

Enseignement : Parallèlement à son activité artistique intense, elle est aussi Assistante à l’Université de Tunis 1 depuis 2004, et enseigne, en parallèle à ses activités de chercheur, le placement de la voix à l’Institut Supérieur de Musique de Tunis.

Son expérience de danseuse lui a permis de mettre en place une technique propre qui relie corps, respiration mouvement et voix. De 2004 à 2010 elle anime de nombreuses Master classes et ateliers en Tunisie, France et Liban et participe depuis 2005 aux sessions de formation du Centre Arabo Africain de Théâtre avec un atelier intitulé : « la voix du corps ».

Discographie et enregistrements : En 2004 elle enregistre avec le label Landwell et Landwell « Les adieux de l’hôtesse arabe », recueil de mélodies lyriques orientalisantes, accompagnées par le pianiste Jory Vinikour

En 2010, avec l’ensemble vocal « Aloès », « Nafass » (Production IKAA) et la sortie d’un album du concert de chants sacrés à capella.

En 2010, elle est décorée de l’Ordre du Mérite Culturel Tunisien.

Références : http://miniatures.officinae.fr/al-tharwa-alia-sellami/

https://www.youtube.com/watch?v=xBOOnklHMtE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.