Moncef Ghachem

←Retour

Moncef GhachemNé le 29 juillet 1946 à Mahdia, est poète d’expression française. A 19 ans il quitte sa ville natale pour étudier les lettres arabes et françaises à Tunis (1965-1970).

Il poursuit des études supérieures en littérature arabe, française et comparée à l’Université de Paris IV (1976-1978).

Sa poésie est publiée dans de nombreuses revues poétiques dont Alif, le journal des poètes édité à Bruxelles. Hôte de la Villa Médicis à Rome en 1991, il est fait, cette même année, citoyen d’honneur de la ville de Rocamadour où il se voit décerner le Prix International Mirabilia de poésie francophone.

Recueils de poèmes, romans et nouvelles :

  • «Gorges d’enclos», Tunis, Maison de la culture Ibn Rachid,‎ 1970
  • «Cent mille oiseaux» en 1975
  • «Car vivre est un pays», Paris, Éditions Caractères,‎ 1978,moncef-ghachem-livre
  • «Cap Africa», Paris, Éditions L’Harmattan, coll. « Écritures arabes »,‎ 1989,
  • En 1994 paraît son recueil de nouvelles «L’Épervier», nouvelles de Mahdia dans lequel il démêle de lucides et édifiantes histoires de ses solides filets de mémoire.
  • «Orphie», Saint-Nazaire, Maison des écrivains étrangers et des traducteurs,‎ 1997
  • «Nouba» : poèmes, Tunis, L’Or du Temps,‎ 1997,
  • «Matin près de Lorand Gaspar», Tunis, L’Or du Temps,‎ 1998,
  • «Nouba» (trad. Salvatore Mugno), Mazara del Vallo, Istituto Euro Arabo di Studi Superiori,‎ 2004
  • Dans «Santo et loup», nouvelle parue en janvier 2007, c’est la mémoire de Mahdia qui s’imprime au rythme des jeux espiègles des enfants tunisiens et siciliens.

Extrait :

«La première sardine à franchir la porte de mes bisaïeux, ce fut dans sa grande enfance, mon père qui l’apporta. Toute une corbeille pleine que lui avaient donnée des pêcheurs siciliens venus démailler leurs filets dérivants, dans la crique centrale du Cap Africa».

  • «Mugelières» : pêcheurs de Mahdia et de Salakta, Rennes, Éditions «Apogée», coll. « Piqué d’étoiles »,‎ 2010,

Livres collectifs

  • «Le Patrimoine culturel palestinien», Paris, Le Sycomore,‎ 1980
  • «Marseille-Marseilles», Marseille, Parenthèses,‎ 1991
  • «Pour Rushdie», Paris, La Découverte,‎ 1993
  • «Algérie-Algérie», Casablanca, Le Fennec,‎ 1995
  • «Méditerranée : ombrageuse voyance», Paris, Éditions L’Harmattan,‎ 2003
  • «Santo et loup», dans Chroniques de Tunisie, Tunis, Institut français de coopération,‎ 2007

Le groupe Dounia crée et joue des musiques autour des textes de Moncef Ghachem pour un reading live avec ce dernier, intitulé «Dalle sponde del mare bianco».

Moncef Ghachem a été traduit en italien, anglais, grec, allemand, arabe. Il participe à l’écriture de plusieurs livres collectifs et à des rencontres et festivals internationaux.

Lors de la rencontre «De tous les lieux du français» organisée à Hautvillers en 1975, à laquelle participent de nombreux poètes francophones dont Léopold Sédar Senghor, Ghachem affirme : «Je me gausse de l’angoisse sénile de ceux qui galvaudent la poésie maghrébine de langue française, prétextant déracinement et déculturation». Il exprime ainsi l’idée de faire partie de l’univers des poètes qui écrivent en français, qu’ils soient du Maghreb, de l’Afrique Subsaharienne ou des Antilles, tout en acceptant la cohabitation des cultures.

Moncef Ghachem "L'Epervier"Prix littéraires

– En 1994, il reçoit le Prix Albert-Camus, mention «Découverte», pour son recueil de nouvelles «L’Épervier, nouvelles de Mahdia».

– En mars 2006, à Paris, il est lauréat de la mention spéciale du Prix international de poésie de langue française Léopold Sédar Senghor pour l’ensemble de son œuvre.

Distinctions

Il est fait chevalier à l’Ordre des palmes académiques françaises en 1993 et chevalier par le Cordon culturel du président de la République tunisienne en 1994.

 

 

 

Références : Article de Michèle Molto-Courren dans la revue Poésie/première – Jean Déjeux, «Poètes tunisiens de langue française», Poésie, n°115, janvier-février 1984, p. 13

«Biographie de Moncef Ghachem» sur http://www.africansuccess.org 20 avril 2008

Fawzia Zouari, «Moncef Ghachem» Jeune Afrique,‎ 16 juillet 2007

[PDF] « Présentation du groupe Donia » sur http://www.dellamore.it

http://data.bnf.fr/documents-by-rdt/11904782/70/page1

Une réflexion sur “ Moncef Ghachem ”

  1. Ping : Hechmi Ghachem - Répertoire des Artistes Tunisiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.