Moncef Ouhaïbi

←Retour

Moncef OuhaïbiNé en 1949 à Hajeb El Ayoun, est l’une des grandes voix de la poésie tunisienne et arabe contemporaine. Titulaire d’une thèse soutenue à Tunis en 1987 «Corps visible et corps imaginé dans la poésie d’Adonis», il enseigne la langue et la littérature arabe à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Kairouan.

Il a publié plusieurs recueils poétiques dont : «Tables» en 1982, «Manuscrit de Tombouctou» en 1998, «Les affaires de la femme qui a oublié de grandir» et «Diwan al-Ouhaibi», tous deux en 2010.

Il est aussi l’auteur de courts-métrages documentaires et de fictions dont «Pays qui me ressemble», «En attendant Averroès», «Paul Klee à Hammamet» et «Devant les portes de Kairouan».

Publications : 

  • «Tables» (Tunis, 1982),
  • «De la mer viennent les montagnes», (Tunis, 1991),
  • «Manuscrit de Tombouctou» (Tunis, 1998),
  • «Métaphysique de la rose de sable» (Mitavizika wardat al Raml) Tunis, 2000,
  • «Les affaires de la femme qui a oublié de grandir», Ed. Dar Al Maha, Tunis, 2010,
  • «Diwan Al Ouhaibi», Vol I, Dar Med Ali, Tunis, 2010.
  • Il publie en français «Que toute chose se taise» (2011), aux éditions Bruno Doucey
  • «La Maîtresse d’Adam» (roman écrit en langue arabe)

Courts métrages documentaires et de fictions :

  • «Pays qui me ressemble»
  • «En attendant Averroès»
  • «Paul Klee à Hammamet»
  • «Devant les portes de Kairouan» (sur une visite de Paul Klee à Kairouan en 1914), Tunis, 1996
  • «En attendant Averroès», Tunis, 1998.

Prix :

  • En 1999, il remporte le Prix Abou el Kacem Chebbi pour son recueil «Métaphysique de la rose de sable» (Mitavizika wardat al Raml)
  • 21 avril 2012 le Comar d’Or pour «La Maîtresse d’Adam».

Référence : https://fr.wikipedia.org/wiki/Moncef_Ouhaïbi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *