Mohamed Garfi

←Retour

Mohamed GarfiNé le 17 novembre 1948 à Tunis, est un musicologue, chef d’orchestre et compositeur. Il enseigne à l’Institut supérieur de musique de Sousse. Diplômé du Conservatoire National de Musique de Tunis et de la Schola Cantorum de Paris, il a obtenu également un DEA en musicologie de l’Université Paris IV-Sorbonne.

Il débute sa carrière artistique en tant qu’altiste au sein de l’Orchestre Symphonique Tunisien dès sa création en 1969.

Chef d’orchestre

Il fonde l’Orchestre 71, puis l’Orchestre Arabe de la Ville de Tunis qu’il dirige dans les années 1980. Sous sa direction, l’Orchestre Arabe de la Ville de Tunis épouse un genre tout à fait nouveau en Tunisie : le théâtre chanté. Au cours de cette période, l’orchestre participe activement à l’enrichissement de la scène artistique par de nouvelles créations et de nouvelles voix. Après avoir quitter l’orchestre, il fonde l’ensemble musical Zakharef arabiya avec lequel il produit quelques spectacles.

Compositeur et chef d’orchestre, Mohamed Garfi est l’un des spécialistes de la musique tunisienne et arabe. À son actif figurent de grands spectacles conçus pour les ouvertures et les clôtures du Festival International de Carthage et du Festival de la Médina et des concerts donnés au Théâtre Municipal de Tunis. Pour réaliser ses spectacles, il fait appel à des instrumentistes étrangers (en particulier français) et à quelques instrumentistes tunisiens professionnels.

Pendant sa carrière, il collabore avec plusieurs musiciens tunisiens : Noureddine El Béji, Dorsaf Hamdani, Amani Souissi, Dhikra Mohamed et Sonia M’Barek, et étrangers : les frères Rahbani, Marcel Khalifé ou encore Julia Boutros.

Compositeur

Mohamed Garfi met en musique plusieurs poèmes, dont ceux d’Abou Kacem Chebbi, Mahmoud Darwich, Abdelhamid Khraïef, Mnaouar Smadah, Aboû Nouwâs, Amel Donkal, Ahmed Fouad Najm, Mansour Rahbani, Said Akl.

Il produit plusieurs opérettes, «Branches rouges», «Cantate pour le Liban» et «Histoire de Carthage», et compose plusieurs musiques de films : «Et demain ?» de Brahim Babaï, «Pique-nique» et «Au pays du Tararanni» de Férid Boughedir.

Ses œuvres sont jouées par plusieurs orchestres dont l’Orchestre Symphonique Scolaire et Universitaire, l’Orchestre Arabe de la Ville de Tunis, l’Orchestre 71.

Discographie récente 

«Wijhat Nadher» (Point de vue) : double album sorti en 2008 par le label Phonie.

Publicationsmohamed garfi musique et cinéma

Après avoir mené une carrière de compositeur et d’orchestrateur, notamment dans le théâtre chanté, il publie à Tunis plusieurs ouvrages :

  • «Les formes instrumentales dans la musique classique de Tunisie» : étude comparative des formes arabo-turques, paru en 1996 ;
  • «Pages de la musique universelle», paru en 1997 (introduction de Mansour Rahbani) ;
  • «Musique et spectacle : le théâtre lyrique arabe». Esquisse d’un itinéraire paru en 2009.
  •  En 2005, il publie à Beyrouth une traduction annotée de «La musique arabe d’Antonin Laffage» : La musique arabe, ses instruments et ses chansons.
  • En 2009, il publie aux éditions L’Harmattan sa thèse de doctorat soutenue à Paris IV-Sorbonne, «Musique et spectacle : le théâtre lyrique arabe». Esquisse d’un itinéraire (1847-1975).
  •  En 2015 il publie «Musique & Cinéma au temps du muet» dans Les Cahiers de la Musique

Références : https://www.facebook.com/Mohamed-Garfi-48044873283/info/?tab=page_info

http://fr.allafrica.com/stories/201411172440.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.